Archives pour la catégorie Actualités

Cécile Aboulian – BFM Business

Cécile Aboulian, Directrice Equity Capital Market chez In Extenso Finance, a répondu à la question « Pour investir sur la thématique du retraitement de l’eau, vaut-il mieux investir dans UV Germi ou dans BIO UV ? » dans la chronique Culture Bourse présentée par Julie Cohen-Heurton.

Maud Servagnat – BFM Business

À découvrir sur BFM Business – Maud Servagnat, Responsable de l’analyse financière chez In Extenso Finance, est penchée sur Hopscotch, expert de l’ensemble des métiers complémentaires de la communication,  dans l’émission BFM Bourse présentée par Guillaume Sommerer.

Cécile Aboulian – BFM Business

À découvrir sur BFM Business – Cécile Aboulian Directrice Equity Capital Market chez In Extenso Finance et Julien Marion, journaliste BFM Bourse, ont débriefé la séance du jour,  dans l’émission BFM Bourse présentée par Guillaume Sommerer.

Interview de Sylvain Heurtier, Président Directeur Général de macompta.fr 

Créée en 2007, macompta.fr est un éditeur proposant une suite de logiciels en ligne complète et accessible, conçue pour la gestion de structures de moins de 20 salariés. Initialement concentrée sur le développement d’un logiciel de comptabilité, macompta.fr a rapidement enrichi son offre de nouveaux modules (facturation, gestion des immobilisations, déclaration fiscale, gestion de la paie, application de notes de frais). Compte tenu de son positionnement généraliste, les 20 000 entreprises et associations utilisatrices peuvent réaliser toute leur gestion comptable, fiscale, commerciale et sociale depuis macompta.fr. Aujourd’hui, macompta.fr entend intégrer l’intelligence artificielle dans ses fonctions supports, développe le chantier de la facturation électronique et va lancer une application comptabilité. La société connait une forte croissance, avec, lors de sa clôture à fin juin 2023, un chiffre d’affaires en hausse de 27% à 2,5 M€ et une marge d’EBE de 38%. La cotation des titres de la société sur Euronext Access a eu lieu le 5 mars 2024.

Sylvain Heurtier, Président Directeur Général de macompta.fr 

?  Comment avez-vous financé votre croissance avant la bourse ?

De la création de macompta.fr en 2007 jusqu’en 2012, l’activité a été financée par des apports en capital et en compte courant des fondateurs. A partir de 2012, l’activité est devenue bénéficiaire et nous avons pu commencer à autofinancer notre croissance. Sur le dernier exercice clos à fin juin 2023, macompta.fr a ainsi dégagé un cash-flow positif de 800 k€ dont deux tiers ont été réinvestis et un tiers a fait l’objet d’une distribution de dividendes.

?  Pourquoi avoir choisi la bourse ?

Nous avons choisi de coter les titres de macompta.fr pour trois raisons principales. Premièrement pour développer notre notoriété et renforcer notre marque.  Macompta.fr s’adressant au grand public, la cotation en bourse est pour nous un moyen de mieux nous faire connaitre et de communiquer sur nos réalisations. La cotation nous permet également de mettre en place l’actionnariat salarié. Effectivement, notre capacité à recruter et fidéliser des talents est un élément clé de la réussite de notre projet et la cotation en bourse, accompagnée de l’actionnariat salarié, fait partie des principaux outils pour y parvenir. Pour finir, la cotation va servir à financer notre développement. Même si nous auto-finançons notre croissance aujourd’hui, nous avons l’ambition de l’accélérer et aurons besoin de capitaux. A ce titre, notre objectif à court terme est de développer la liquidité du titre et de convaincre que macompta.fr est un investissement porteur. A moyen terme, nous entendons passer sur Euronext Growth pour pouvoir faire appel au marché et lever des fonds.

?  Quel retour sur le process ?

Je craignais un peu la lourdeur du formalisme, le temps à y consacrer et les coûts associés à la cotation. En réalité, avec l’aide d’In Extenso Finance les six mois de préparation se sont passés de façon fluide. Nous avons été appuyés par Cécile Aboulian et une équipe d’experts de qualité. En outre, la préparation des documents d’information nous a permis d’améliorer notre réflexion sur des sujets stratégiques, d’améliorer nos process de reporting et notre contrôle interne. L’opération nous a permis de progresser. Enfin, le coût de l’opération est resté tout à fait absorbable pour une petite société comme macompta.fr.

?  Quel message souhaitez-vous passer à un dirigeant qui réfléchit à l’introduction en bourse ?

Il faudra attendre un peu pour voir si tous nos objectifs sont atteints. Cependant on voit déjà l’impact de la cotation sur notre notoriété, l’intérêt des investisseurs, la fierté et la motivation des équipes. Je suis convaincu que la bourse sera pour nous un bon moyen de nous développer, de garder notre indépendance et de valoriser macompta.fr. Donc je dirais à mes pairs d’étudier sérieusement cette option. Elle présente des avantages certains.

Cécile Aboulian – BFM Business

À découvrir sur BFM Business – Cécile Aboulian Directrice Equity Capital Market chez In Extenso Finance, s’est penchée sur Touax, société spécialisée dans le transport bas-carbone,  dans l’émission BFM Bourse présentée par Guillaume Sommerer.

Cécile Aboulian – BFM Business


À découvrir sur BFM Business – Cécile Aboulian Directrice Equity Capital Market chez In Extenso Finance, a répondu à la question « Vous avez parlé plusieurs fois de la société MGI Digital Technology. Que vaut-elle aujourd’hui ? » dans la chronique Culture Bourse présentée par Julie Cohen-Heurton.

Cécile Aboulian – BFM Business

À découvrir sur BFM Business – Cécile Aboulian Directrice Equity Capital Market chez In Extenso Finance, a répondu à la question « Pourquoi Soitec ne profite pas de la hausse de Nvidia ? » dans la chronique Culture Bourse présentée par Julie Cohen-Heurton.

Interview de Julien Moulin, Président Directeur Général de la Française de l’Energie 

La Française de l’Energie (FDE) est spécialisée dans la mise en place, via des circuits courts, de sites de production et de valorisation d’énergies. FDE approvisionne en gaz, électricité et chaleur, les acteurs régionaux, remplaçant ainsi l’énergie importée par une énergie locale, plus propre. FDE ambitionne de devenir un acteur indépendant de référence dans le secteur de l’énergie en Europe. Au 30 juin 2023, FDE a clôturé un exercice record avec un chiffre d’affaires de 39 M€ (+50%), et un résultat net de 11 M€ (+64%) en réaffirmant son ambition de délivrer un chiffre d’affaires 2026 de plus de 100 M€ et un EBE de 50 M€.

Julien Moulin, Président de la Française de l’Energie 

?  Quelle est la stratégie de croissance externe de la FDE ?

Notre conseil d’administration et la direction de FDE ont établi une matrice recoupant à la fois les énergies décarbonées clefs pour atteindre la neutralité carbone et les géographies sur lesquelles FDE est déjà présente ou sur lesquelles il nous semble opportun de nous positionner. Une fois ce filtre appliqué, nous nous concentrons sur des situations spéciales dans lesquelles notre agilité et notre expérience nous permettent de nous démarquer vis-à-vis de concurrents potentiels.

?  Quel rationnel derrière votre dernière acquisition, Greenstat ASA ?

FDE est déjà présente en Norvège via sa filiale opérationnelle, Biogy Solutions AS, qui développe une série de projets de production de bio-GNL et de CO2 biogénique. Etant donné la volonté des parties prenantes d’accélérer les efforts pour décarboner leurs transports maritimes et process industriels, des compétences locales disponibles et du soutien financier de l’Etat norvégien pour atteindre ses objectifs, il nous semblait pertinent de renforcer notre présence en Norvège.

L’opération Greenstat est le type d’opération que nous aimons et savons exécuter. Greenstat a échoué dans son processus d’introduction en bourse en 2023 en Norvège sur la base d’une évaluation pré-monétaire de 85 M€. Nous avons entamé des discussions sur un éventuel partenariat dans certains de leurs actifs étant soit prêts à être construits, soit en passe de l’être. Compte tenu des capacités limitées de Greenstat sur le plan financier et opérationnel, nous avons réalisé que nous pouvions les aider de manière plus large car ils voulaient devenir producteur et opérateur d’énergie plutôt que de rester développeur. Ils avaient besoin d’une puissance de feu importante derrière eux.

Suite à notre due diligence initiale, nous avons bien apprécié la base d’actifs, leur positionnement ainsi que l’équipe de développement et projets H2 et solaire de Greenstat. Nous avons attendu qu’ils soient épuisés par un processus avec deux groupes de capital investissement et nous leur avons proposé une offre très agressive, prête à être exécutée, qui a été acceptée par la direction et le conseil d’administration de la société. Le prix d’entrée de FDE dans l’entreprise est très intéressant puisque FDE ne paie que 675 000 € par MW déjà en production sur la centrale photovoltaïque existante de 45 MW (détenue à 50 % par Greenstat).

Le portefeuille comporte également des projets PV et H2 en cours de développement (plus de 200 MW, principalement dans le solaire et le H2), près de 40 M€ de subventions intactes pour le développement de projets H2, des éléments talentueux dans l’équipe. L’entreprise est en bonne voie pour atteindre la rentabilité dès 2025 avec un chiffre d’affaires de 6 M€ et des frais de vente et d’administration surdimensionnés que nous pourrons réduire de manière significative.

Cette acquisition nous donne le contrôle d’un acteur reconnu dans le secteur des énergies vertes en Norvège qui offre de nombreuses des synergies financières et opérationnelles avec nos activités existantes en Norvège mais aussi en Europe continentale.

?  Quels leviers pour atteindre la guidance 2026 de CA > 100 M€ et d’EBE > 50 M€ ?

FDE a été soutenu par un groupe de familles industrielles et financières françaises, suisses et belges. En 2015, nos progrès opérationnels et le plan pluriannuel d’investissements associés nous ont amenés à analyser toutes les options de financement envisageables : l’entrée d’un partenaire stratégique, un placement privé élargi, la participation d’un des fonds de private equity qui nous avaient approché jusqu’à l’introduction en bourse.

La bourse nous semblait mieux répondre à notre ambition d’indépendance et d’alignement d’intérêts entre les actionnaires et les membres de l’équipe tout en nous obligeant à monter en gamme en termes de reporting, de contrôle interne et de structuration d’une manière générale, et nous permettant à terme d’utiliser les titres FDE pour réaliser des opérations externes.

… la suite à découvrir 

?  Quel retour d’expérience sept ans après la cotation en bourse ? 

La cotation en bourse est un révélateur de la dynamique de la société, de l’économie générale mais aussi de l’appétit aux risques des investisseurs. Les small caps ont été particulièrement affectées par un facteur clés sur les dernières années de cotation : la décollecte presque continue des gérants de fonds small caps en France. FDE n’a donc pas bénéficier de l’ensemble des avantages associés à une cotation en bourse contrairement à certaines sociétés qui se sont cotées lors de la courte bulle de 2021-2022. Néanmoins, notre notoriété s’est fortement améliorée grâce à la création de valeur associée à nos développements opérationnels mais aussi grâce à la cotation qui nous a permis d’élargir notre base actionnariale. Nous avons plus de 12 000 actionnaires dont une grande partie habite dans les zones où FDE opère des sites de production d’énergies.

? Quel message souhaiteriez-vous passer à un dirigeant qui réfléchit à entrer en bourse ?

La bourse est un exercice excitant mais exigeant qui nécessite de bien se préparer en amont de la cotation et d’accepter que les variations quotidiennes du cours de son action ne reflètent pas la réalité sous-jacente de l’activité. Cela crée de la frustration mais aussi des opportunités qu’il ne faut pas hésiter à exploiter.

Cécile Aboulian – BFM Business

À découvrir sur BFM Business – Cécile Aboulian Directrice Equity Capital Market chez In Extenso Finance, a répondu à la question : « Que pensez-vous d’OSMOSUN ? Quelle perspective faut-il attendre ? » dans l’émission Culture Bourse présenté par Julie Cohen-Heurton